Une Selle Biplace

 

Comme chacun sait, les hommes en bleu ne transportent pas de passager... Quand on a 25 ans, c'est sympa d'emmener une copine pour les virées. Au début, j'ai fait comme tout le monde, un petit coussin bricolé avec plus ou moins de bonheur, sur le porte-bagages police. Cela avait l'avantage d'être vite fait et de ne coûter pratiquement rien.

 
La version export de la selle biplace est bien adaptée à la ligne de la machine, mais impossible à trouver en pièce de rechange.

Première tentative de biplace

J'ai fait une première version de selle duo, tout polyester, surbaissée pour le pilote, et une assise passager plutôt large et moyennement rembourrée pour le passager.

J'ai roulé quelques années avec, sans réclamations particulières des personnes transportées. La largeur donnait du confort, mais procurait aussi deux volumes latéraux pour la boite à outils que je perdais coté pilote.

 

La selle mono refaite

Quand j'ai remis la machine en route en 2006, j'ai par contre préféré revenir à une selle plus classique et je n'avais donc plus que la monoplace d'origine, mais son état de vieillissement très avancé imposait des mesures d'urgence. Le latex intérieur était aussi dur qu'une planche d'agglo!

Une remise en état était donc impérative pour pouvoir continuer à rouler en attendant. En fait cela m'a permis de faire un "brouillon"  avant de me lancer dans la selle double.

Première étape:

  • trouver de la mousse adéquate en densité (70 kg/m3). Celle avec laquelle on fait les assises de fauteuil donne de bons résultats (merci à ma soeur pour ses compétences dans ce domaine)

Deuxième étape:

  • tailler la mousse: un gros cutter avec une lame neuve, la mise en forme finale est faite à la main avec de la toile abrasive grain 40.

Le gros inconvénient de la mousse que j'ai utilisée vient du fait que les cellules ne sont pas fermées. Je n'avais pas trop envie de m'asseoir sur une éponge après la pluie. J'ai donc entrepris de faire un doublage avec un petit matelas mousse (sport ou camping) de 10 mm. C'est une mousse très dense et étanche du coté lisse. Tout cela bien collé au mastic polyuréthane.

 

Dernière étape, la housse:

  • là je suis incompétent, c'est encore à ma petite sœur que j'ai fait appel.

J'ai testé l'été dernier, 1500 km sur un WE de 3 jours sans mal aux fesses.        

 

 

La selle biplace

L'objectif est donc maintenant d'obtenir une selle qui reprend l'allure de celle de la moto export ci-dessus.

Le plus simple est de repartir de la carcasse de la selle mono et de lui adjoindre une section postérieure qui définira l'ossature de base. L'arceau en fer plat est important pour le support, attention pour le démontage de la selle, de bien prévoir les formes de lumières adéquates au niveau des vis du cadre!

La partie arrière est en fait mon ancienne selle double, recoupée et rétrécie en largeur.

Pour qui veut s'y coller, la forme n'est pas bien complexe à réaliser à partir d'une forme en bois, pas besoin de faire un moule en creux, la mousse collera mieux sur la face brute du polyester.

 

   
Ici nous avons le raccordement des deux sections.

On peut aussi envisager d'inclure la partie métal au moment du moulage de l'arrière, en soudant des pattes d'accrochage. C'est sûrement ce que j'aurais fait si je n'avais pas eu la zone arrière existante.

 

 
L'habillage:

Tout comme pour la selle mono, travailler la mousse et recouvrir du même tapis en n'épargnant pas la colle aux raccords.

 

    
Avant la housse (les figurines témoignent de la provenance du tapis!) Vue de dessous     
 

Mars 2012: Réception de la housse.

J'avais déjà préparé des baguettes d'aluminium en 10x1 pour accrocher le simili à l'intérieur. Quelques rivets aveugles en tendant régulièrement tout le tour, et voilà:

                     

 

Une photo sur la machine: